Tokyo High School

...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 C'était comme ca, avant ? [PV]

Aller en bas 
AuteurMessage
Yusuke Akira
~ Oyabun CLASSE A - 1
avatar

Messages : 1010
Date d'inscription : 03/02/2008
Age : 28

~> Vous, Tokyoïte <~
Âge : 18 ans
Occupations: Si vous saviez...
Relations:

MessageSujet: C'était comme ca, avant ? [PV]   Mar 18 Mar - 19:47

    Samedi matin. Allongé sur son lit, Akira ouvrit les yeux aux aurors, cinq minutes avant l'heure programmée sur le réveil. Il était rare que le Japonais se serve de son réveil, c'était toujours pareil, réveiller avant, mais, il valait mieux prévenir que guérir et ne pas risquer d'être en retard. Pas cours aujourd'hui, et, de toute façon, même si il y avait eu cours, Akira n'y serai probablement pas aller, sa bonne humeur ne devait en rien être confiné dans une salle de cours, à perdre du temps, quoi que, une autre raison aurait pu pousser l'Oyabun à y aller quand même, enfin, là n'était pas le sujet, aujourd'hui, pas cours et détente du mieux qu'il pouvait. En fait, ca devait se voir sur le visage d'Akira, qu'il était de bonne humeur, il semblait plus doux, et son sourire n'avait pas quitter ses lèvres, non pas qu'il sourit bêtement, car d'une manière ou d'une autre, Akira était toujours séduisant, et ce quoi qu'il fasse, mais trève de narcissisme, il y avait une raison à cette bonne humeur, et elle tenait en un mot : Hiroki. En effet, il y a de ca quatre jours, l'inimaginable s'était produit, après toutes ces années en 'guerre', les deux Asiatiques s'étaient enfin réconciliés, et ce pour leur plus grand bonheur à tous les deux, qui, en parlant, tout simplement, étaient parvenus à redevenir les plus proches amis. Ils en avaient mis du temps, pour s'en rendre compte, mais ils se manquaient mutuellement, des années gâchées par un surplus de fiérté et d'égocentrisme qui, entre eux maintenant, n'avaient plus lieu d'être.

    C'est ainsi qu'en ce samedi, une toute nouvelle chose allait se passer, enfin, 'nouvelle', peut être pas tant que ca, disons plutôt qu'une chose passée allait être remise au goût du jour, laquelle ? Tout simplement la venue d'Hiroki chez les Yusuke. Depuis maintenant plus de cinq ans, il n'était pas revenu, normal en même temps, puisqu'Akira ne voulait plus entendre parler de lui. Mais tout ceci allait changer et en début de soirée, l'Oyabun devait venir ici, pour enfin, refaire 'comme avant'. Et rien qu'à l'idée de voir Hiroki, ici, inutile de décrire l'état d'esprit d'Akira, mais une chose est sur, sa bonne humeur n'allait pas s'envoler. Une matinée qui passa bien vite, tout comme l'après midi d'ailleurs. La demeure était vide, enfin, par vide, il fallait entendre par là que seuls Akira s'y trouvaient, avec les domestiques. Le couple Yusuke était en voyage et ne devaient rentrer que le lendemain, quand à Reika, elle était allé passer la nuit chez Tsuki et ne devait rentrer que dans la soirée. D'ailleurs en parlant de Reika, ces derniers temps, le frère et la soeur ne s'étaient que très peu croiser. A vrai dire, Akira n'était pas souvent à la maison ou rentrait tard le soir et en général, leurs horaires ne concordaient pas, ce qui signifie donc que le Japonais n'avait même pas pu lui dire qu'il L'avait retrouver, Son ami d'enfance.

    Un sourire prit place sur le visage d'Akira rien qu'en imaginant la tête que ferai Reika en voyant Hiroki ici. Elle s'imaginerai probablement qu'il était venu là dans le but de se battre avec son frère. Il ne faudrai donc pas manqué ca, les 'retrouvailles' entre Hiroki et Reika. En y repensant, il l'avait un peu privé de la compagnie d'Hiroki, puisque par respect, la nippone n'avait pas non plus garder contact avec Hiroki, elle l'évitait, tentant au mieux de ne pas s'attirer les foudres d'Akira qui pourrai penser qu'elle 'sympathisait avec l'ennemi'. Enfin, tout ceci était terminé, et ce n'était pas plus mal. La journée avait bien défilé, déjà la nuit apparaissait. Logiquement, Hiroki ne devrait plus tarder, un rendez-vous aux alentours de vingt-heures, et une soirée qui promettait de s'annoncer 'mouvementé'. On sonna alors à la porte, et comme prévu, c'est Akira qui se dirigea vers l'entrée pour ouvrir, en général, c'étaient les domestiques qui faisaient cela, mais l'Oyabun les avait prévenus qu'il tenait à le faire, quoi de plus agréable que d'acceuillir soit même Son ami ?

    Prenant tout son temps pour aller ouvrir, oui, il n'allait pas non plus chambouler ses habitudes et courire dans les couloirs suffisemment longs déjà. Hiroki avait toujours été apprécié par les domestiques de la famille, car à l'époque, ils se devaient de le respecter comme un membre de la famille et ce en tout point. Arrivé devant la porte, il inspira tout en aggripant la poignée, pour voir le visage de Son ami se dessiner. Qu'il était bon de le voir là, sur le pas de la porte, c'était bien réel, et tellement agréable.


    " Tu as réussi à retrouver le chemin tout seul ? " Lanca t-il d'un air des plus taquins en laissant l'accès dans le hall d'entrée à Son ami. Voilà, il était là, enfin, depuis toutes ces anné, Hiroki revenait, à ce moment précis, la présence du Japonais dans la résidence faisait revivre tout un tas de souvenirs, mais bientôt, de nouveaux allaient se créer et s'ajouter à ceux existants.

_________________
You Know ? I Need You...
Stay With Me, I Say That I Need You...
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tokyo-high-school.forumsactifs.com/index.htm
Suzumura Hiroki
~ Oyabun CLASSE D - 1
avatar

Messages : 507
Date d'inscription : 26/02/2008
Age : 27

~> Vous, Tokyoïte <~
Âge : 18 ans
Occupations: Let's Play #
Relations:

MessageSujet: Re: C'était comme ca, avant ? [PV]   Sam 22 Mar - 18:57

Samedi matin. Lui qui pensait que dormir lui serait impossible, il ouvrit les yeux à plus de 11h00. Il n'avait fait aucun rêve, il avait simplement fermé les yeux et s'était laissé plongé dans un sommeil réparateur. Il n'avait plus aussi bien dormi depuis une longue, très longue période. Il se sentait bien, il se sentait reposé et prêt à affronter toutes les épreuves qui se présenteraient maintenant sur son chemin. Il se décida à traîner encore un peu dans son lit, Après tout, rien ne pressait et il savait pertinement qu'une fois levé, il ne pourrait pas patienter jusqu'à l'heure prévue. Il se verrait forcé de quitter la maison pour se jeter dans la direction de celle d'Akira. Mais il appréciait cette impatience qui l'habitait, qui l'obligeait à garder sans cesse ce sourire idiot sur les lèvres. Un sourire sincère qui lui avait cruellement fait défaut, ces quatre dernières années. Mais il n'avait pas l'intention de le perdre de sitôt, bien au contraire, il en prendrait soin et le ferait perdurer aussi longtemps qu'il le faudrait. Encore un peu et il se serait mis à fredonner, être de si bonne humeur lui était plutôt rare à vrai dire, et il comptait bien en profiter, bien qu'il se sentit passablement... ridicule ? Mais peu lui important. Tout lui semblait dérisoire, tout sauf lui et ce qu'il vivait à présent. C'était sans doute égoïste, mais il n'avait jamais eu l'audace de dire qu'il ne l'était pas. Il était aussi égocentrique et capricieux, qualifié d'insuportable par ceux qui osaient. Mais c'était en quelque sorte sa "marque de fabrique". C'était cette image qu'il souhaitait laisser de lui, et aucune autre. Il ne se dévoilait pas à tous ces gens, ils n'avaient pas besoin de savoir si cette personalité était la sienne ou non.

Mais aujourd'hui, il ne penserait pas au lycée. Il ne penserait pas à son statut d'Oyabun. Non, cette journée serait de celles qu'il avait le plus attendu, depuis des années maintenant. Une journée où il pourrait enfn se montrer heureux, sans avoir à le feindre. Il soupira et se décida enfin à sortir de son cocon de drap blanc. Le sourire sur son visage ne semblait pas prêt de le quitter, et rien que l'idée de savoir qu'il allait dans quelques heures revoire Son ami de Toujours, pour la première fois depuis leur réconciliation, ne faisait qu'accroître un peu plus son sourire. Il n'était pas encore à se demander ce qu'il pourrait dire ou faire, mais ce n'était d'ailleurs pas le genre de questionnement qu'il avait l'habitude de faire. Il aimait trop la spontanéïté, la simplicité qui se dégageait de ses relations avec Akira. Tout paraissait si... évident dès qu'il était en Sa compagnie. Pour beaucoup, une telle chance povait paraître injuste. Après tout, ils étaient riches, ils étaient beaux et promis à un brillant avenir. Ils avaient déjà toutes les chances du monde, en apparence, alors pourquoi étaient-ce encore eux qui avaient le droit de vivre une amitié aussi... belle ? Mais Hiroki ne s'était jamais posé la question. Que ce soit juste ou pas, il n'en avait que faire. C'était comme ça, et il ne voulait pour rien au monde que cela change. Il savait que ce genre de relation était des plus rares et des plus précieuses, mais elle lui semblait si naturelle, si évidente qu'il n'avait jamais pensé ne pas la mériter.

Le temps passait à la fois vite et lentement. Il était étonnant de voir à quel point on pouvait rester à ce point "gamin" sur certains points. C'était comme s'il attendait une récompense depuis longtemps espéré, comme ce jouet qu'il observait depuis des mois au travers une vitrine et qu'enfin, après une longue attente, on décidait enfin qu'il méritait ce qu'il désirait tant et qu'il n'osait demander à vive voix. C'était exactement ça, cette impatience d'enfant, ce regard brillant, cette excitation dans la voix et ce sourire facile. Il n'avait jamais eu autant l'impression d'avoir regréssé. Mais cette impression n'était pas pour lui déplaire, bien au contraire. C'était presque comme une deuxième chance, qu'il ne fasse pas cette fois, l'erreur qu'il avait faîte quelques années auparavent, celle de s'être laissé entraîner par leur colère. Mais il était déjà dehors, sur le chemin de la maison de son ami. Il s'était à peine vu prendre sa veste et quitter la propriété de sa famille. Dans peu de temps, plus rien d'autre ne compterait que Son ami. Il se faisait un plaisir de marcher le plus lentement possible, de savourer ce court espace temps entre chez lui et Akira. Son bonheur était peut-être exagéré, mais lui était loin de le penser.

Il n'avait qu'un vague souvenir de la famille d'Akira. Mais cela faisait des années après tout, qu'il n'avait plus eux de contacts avec eux. Seule Sa petite soeur, Reika, semblait n'avoir pas déserté sa mémoire. Mais il avait eu plus d'une fois l'occasion de voir la jeune fille à Ryuuzan, avec ou sans son frère. Et elle était de toute façon beaucoup avec aux, lorsqu'ils étaient encore trois et fourré chez Akira. Il avait toujours apprécia sa jovialité et sa petite bouille. Qu'elle soit la soeur d'Akira et que celui-ci l'aime énormément avait sans doute influé sur son propre point de vue quant à la jeune fille, bien sûr. Il se demandait ce que tous étaient devenus maintenant, la famille d'Akira et de Natsuki. Ils faisaient tous partis du paysage de son enfance, il voyait tous les jours le papa et la maman de chacun. Les frères, les cousins... et leurs familles faisant parties du cercle fermé des plus riches du pays, certains membres en venaient immanquablement à se côtoyer. Ce défilé de personnes lui manquaient, il se rendait compte que les allées et venues chez l'un puis chez l'autre avait rythmé son enfance et ses sourires. Qu'au fond, toutes ces maisons qui n'étaient au départ pas les siennes devenaient finalement si familières que c'était comme s'il y avait toujours vécus. Et il ne doutait pas que cette sensation fut la même chez les deux autres. Il souriait, inconscient du fait qu'il avait déjà dépassé la maison de Son ami. IL ne s'en aperçut que quelques maisons plus loin, lorsqu'il releva brusquement la tête en sortant de ses pensées.

Il lui semblait bien que...

Il se retourna brusquement et observa un moment les véritables "demeures" qui l'entouraient. Ah, cela faisait vraiment des années qu'il n'était plus venu dans ce quartier, en partie pour éviter de croire l'Oyabun "ennemi". Il commençait toutefois à le regratter. Il revint sur ses pas, persuadé qu'il reconnaîtrait la maison du premier coup d'oeil. Il ne lui était manifestement jamais venu à l'esprit que le décor avait pu changer, ou qu'il ai occulté certains détails. Il s'arrêta devant une maison, choisie au hasard. S'il se trompait, il n'aurait qu'à sonner à la porte suivante. Il se mordit la lèvre inférieure, et tapota nerveusement sur son jeans. Il devait avoir l'air bien malin... ce qu'il n'était pas, puisqu'il se rendait manifestement compte qu'il était incapable de reconnaître cette maison qu'il avait vu des centaines de fois dans sa prime jeunesse. Il soupira avant de remonter l'allée, et de sonner. L'attente fut de courte durée, et il retint un nouveau soupir, de soulagement cette fois, lorsque ce fut Son ami qui se présenta en face de lui. Sa remarque ne manqua d'ailleurs pas de le faire sourire, et il cacha sa gêne derière un toussotement discret.

Bah ! Pour qui me prend tu ? Crois tu vraiment que j'ai une si mauvaise mémoire ?

Un sourire en soin se dessina sur son visage, et il pénétra dans le hall lorsque Son ami s'effaça pour lui laisser le passage. Il jeta un regard sur cette maison, qu'il n'avait plus vu depuis des années. Une vague de nostalgie le frappa de plein fouet, bientôt remplacé par la pensée du plaisir qu'il aurait à se reconstruire ici de nouveaux souvenirs. Il se tourna vers Akira, son sourire toujours planté sur ses lèvres.

C'est presque comme si je n'étais jamais partie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yusuke Akira
~ Oyabun CLASSE A - 1
avatar

Messages : 1010
Date d'inscription : 03/02/2008
Age : 28

~> Vous, Tokyoïte <~
Âge : 18 ans
Occupations: Si vous saviez...
Relations:

MessageSujet: Re: C'était comme ca, avant ? [PV]   Dim 23 Mar - 23:12

    Depuis qu'il avait ouvert les yeux, Akira savait pertinemment que cette journée lui apporterai quelque chose qui lui manquait depuis toutes ces années, et il était impatient de pouvoir justement, combler ce vide. Presque tout ce qu'il avait entreprit de faire aujourd'hui, il l'avait fait avec le sourire, cet air presque idiot qui pourtant illuminait son visage de jeune homme, il aurai fallu le prendre en photo pour figer ces doux sourires qu'il n'avait pourtant plus adresser depuis tout ce temps. Si sa soeur avait été là, elle aurai était la première à se payer sa tête, tant elle aurai été surprise de le voir ainsi, et pourtant, qu'est ce que c'était bon, de se sentir à nouveau heureux et de bonne humeur, tout ca grâce à une personne, c'était tout de même ironique qu'il s'agissait là de la même personne qui l'avait fait souffrir, à croire que tout tournait autour d'Hiroki, mais au fond, n'était-ce pas réellement le cas ? Il est pourtant évident que si, la preuve, il n'y avait qu'à voir ce changement dans l'attitude de l'Oyabun pour le comprendre, certe il gardait sa froideur et son arrogance, qui faisaient ce qu'il était aujourd'hui, mais en différent, une différence peu perceptible par les autres, évidemment, mais le fait est qu'elle était tout de même bien présente, cette différence.

    Au fil de la journée pourtant, plusieurs sentiments s'étaient emparés de l'Oyabun, dont l'angoisse, et la peur, de quoi me direz-vous ? Peut être la peur que ca ne se passe pas comme 'avant', peur qu'ils se rendent compte qu'en fait, ils ne pourraient pas recréer ce même lien qu'ils avaient auparavant, en sommes, des appréhensions des plus stupides de la part de quelqu'un comme Akira qui en général, ne se posait pas de question sur l'avenir, se contentant de prendre les choses telles qu'elles venaient, avisant lorsqu'il le fallait. Mais, même en sachant qu'il n'était pas dans ses habitudes de penser de cette manière, le Japonais ne pouvait s'y opposer, jusqu'à ce qu'il parvienne à se réconforter lui même, en se disant que la plus belle chose qui ai pu lui arriver soit les retrouvailles avec Son ami, celui qui dans son coeur, n'avait jamais perdu une parcelle de place. Biensur que la soirée serai parfaite, la simple présence d'Hiroki ici, suffisait à le satisfaire, ils auraient pu se retrouver au fin fond d'un trou perdu, qu'Akira aurait été tout aussi heureux, mais bon, le confort de sa maison n'était pas plus mal, après tout il était riche, pourquoi se dire une chose pareille ? D'ailleurs, n'était-ce pas dans cette maison qu'auparavant, des soirées animées se déroulaient ? On les revoit encore, les trois enfants, se lancer dans des batailles de polochons à n'en plus finir, les parties de cache cache et autres jeux du genre, d'ailleurs, pourquoi était-ce chez Akira qu'ils venaient le plus souvent ? Aucune raison particulière, certainement que l'idée leur était venu comme ca et qu'ils s'y plaisaient à la suivre, une habitude prise comme tant d'autres ou peut être tout simplement, que la demeure de la famille Yusuke se trouvaient entre celle de la famille Suzumura et Aoi, un point de rendez vous équidistant pour les trois Amis.

    Tout ceci appartenait donc bien au passé, mais au présent également, car en se souvenant de tout ceci, le lien indéfectible qui les liait en devenait bien plus fort, dépassant tout le reste, c'est d'ailleurs sur ses pensées et souvenirs qu'Akira était venu ouvrir la porte lorsqu'Hiroki sonna, l'accueuillant tout sourire, enfin, fin sourire, il ne voulait pas que Son ami soit fièr en voyant que sa présence enchantait au plus haut point l'Oyabun. Il n'allait pas déjà lui faire ce plaisir à peine avait-il remit les pieds ici, une chose à la fois, ne pressons rien. Etrangement, la franchise ne se fit pas ressentir dans la réponse bien trop fièr formulée par Son ami, se pourrait-il qu'il ai eu du mal à retrouver... Non, inutile de le taquiner déjà la dessus, il se rattraperai sur autre chose, enfait, il était plus que fièr de voir Hiroki entrer là où jamais il n'était revenu depuis plus de cinq ans maintenant. Etrangement, Akira aussi, fut envahi d'une drôle de sensation qu'il évacua en passant son bras autour du coup d'Hiroki, un geste même pas réfléchit qu'il avait fait naturellement.


    " Et moi, j'ai l'impression que c'est hier encore, que tu rentrais chez toi, et qu'aujourd'hui n'est qu'un lendemain parmis tant d'autres où tu revenais "

    Un brin nostalgique, il ne lâcha pas son étreinte, tenant toujours Hiroki. Comme si le besoin de toujours avoir un contact avec lui se faisait ressentir, et c'était le cas, déjà autrefois, ils ne se lâchaient pas, ce n'était donc pas aujourd'hui que ca allait changer. Il ota tout de même son bras après quelques minutes, s'avancant un peu, en gros, invitant Son ami à lui suivre, puisque l'idée de camper dans le hall d'entrée n'était pas la plus présente.

    " Tu veux refaire un tour du propriétaire, ou bien un allé direct pour ma chambre te suffit ? "

    S'il voulait (re)visiter, alors pourquoi pas, même si de toute évidence, ca se terminerai dans la chambre, ce lieu qui pouvait, à l'époque, être qualifié comme 'leur coin à eux', là où tout se passait, là où ensemble, ils passaient le plus clair de leur temps, discutant de tout et de rien. Akira se souvenait, ces nuits à parler dans le noir, à se faire peur mutuellement, les bagarres et autres occupations de tout jeunes de leur âge, et franchement, même à dix huit ans aujourd'hui, ca ne gênerai pas Akira de se lâcher et de se laisser aller à sa guise en présence d'Hiroki, après tout, ils avaient passé tant d'années à justement se prendre trop au sérieux, à gâcher cette jeunesse qui aurai pu prendre une toute autre tournure, non, aujourd'hui, il ne fallait plus gâcher ce temps ci précieux ensemble, c'était presque vital, mais ils devaient enfin profiter et se créer ces souvenirs qui inlassablement, les aideraient à aller de l'avant.

_________________
You Know ? I Need You...
Stay With Me, I Say That I Need You...
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tokyo-high-school.forumsactifs.com/index.htm
Suzumura Hiroki
~ Oyabun CLASSE D - 1
avatar

Messages : 507
Date d'inscription : 26/02/2008
Age : 27

~> Vous, Tokyoïte <~
Âge : 18 ans
Occupations: Let's Play #
Relations:

MessageSujet: Re: C'était comme ca, avant ? [PV]   Sam 5 Avr - 18:10

Ah, il y avait bien longtemps qu'il n'avait plus senti le poid du bras d'Akira sur ses épaules. Et il se rendit compte bien sûr, que tout comme Son ami lui-même, ce poid lui manquait. C'était un peu comme sentir à nouveau cette solide amitié derrière sa nuque, comme s'il n'avait qu'à se retourner pour la voir toujours là, derrière lui. Et en souriant, il se dit qu'à partir d'aujourd'hui, au diable les "comme si", car cette amitié serait vraiment là, comme le serait Akira. Et lui-même d'ailleurs, ne manquerait pas d'être là, d'être cette présence constante derrière une personne qu'il aimait plus que tout au monde, plus que lui-même en tout les cas. Et c'était presque une prouesse pour un gosse de riche comme lui, d'apporter plus de crédit à quelqu'un d'autre qu'à sa petite personne. Mais c'est ce qui rendait leur amitié si forte et si exceptionnelle peut-être, car dans le milieu où tout les deux vivaient, elles étaient d'autant plus rares. Puisque tout en constamment guidé par l'argent et les désirs matériels, les sentiments avaient rarement leur place dans leur vie. Ils le voyaient tous les jours dans leur famille respective sans doute. Dans la sienne du moins, peu d'amour fraternel et parental. Ils vivaient tous sous le même toit, mais c'était bien plus par habitude et par tradition que par réel besoin d'être sensemble. Alors il était certain qu'en vivant dans une telle atmosphère, lié une amitié aussi solide que la leur était des plus rares, voire impossible pour nombres de personnes. Et pourtant, tous les deux l'avaient fait, le plus naturellement du monde. Voilà qui ne pouvait que susciter les pires jalousies, chez ceux qui sont habitués à avoir tout ce dont ils ont envie...

Cette chance ils ne l'avaient pas seulement partagé à deux. Il leur manquait toujours la petite Natsuki, si chère à leur coeur. Où était-elle ? Qu'était-elle devenue ? Mais surtout, était-elle heureuse ? Il l'espérait de tout son coeur, car elle lui était sans doute aussi précieuse que sa propre vie. Sa relation avec la jeune fille, sa façon de la percevoir n'avait jamais été la même que la façon dont il percevait Akira. Lui, il était Son ami de toujours, cette partie de son coeur qui lui était indispensable, sans laquelle il ne pourrait survivre. C'était celui qui le complétait, qui finissait toutes ses phrases et qui le connaissait mieux que personne, mieux que lui-même sans doute. La jeune fille elle... c'était comme une petit maman, sa petite soeur, sa confidente. C'était la douceur qui lui aait manqué toute sa vie. Sa petite voix et ses grands yeux rieurs apaisaient son coeur, c'étit le souffle d'air qui lui permettait de vivre. Qui leur permettait de vivre tous les deux. Qu'elle soit absente, et leur bonheur ne serait pas complet, même si le simple fait de sentir le bras de Son ami autour de ses épaules lui faisait déjà l'effet d'une résurection.

Il jeta un nouveau coup d'oeil au hall dans lequel il venait de pénétrer, tentant de deviner si quelque chose avait ou non changer de place. Mais il ne parvenait pas à se souvenir de l'emplacement exact de chaque objet. C'était sans doute normal, après tant d'années, mais il ne put s'empêcher d'en éprouver une petite pointe de tristesse. Comment avait-il pu rester à l'écart de la vie de Son ami pendant tout ce temps ? Alors qu'il n'avait qu'à Le regarder pour se sentir vivre, alors que seul Sa présence parvenait à le faire sourire. Comment avait-il pu s'éloigner de cette façon, oublierà quel point il tenait à Lui ? C'était presque impossible à croire et pourtant, il l'avait bel et bien vécu. La culpabilité traversa un instant son esprit, mais il la chassa bien vite, elle ne pourrait qu'amener les pensées désagréables et lui ne demandait qu'à passer un bon moment en compagnie d'Akira. Lorsque sa voix résonna à ses oreilles, il baissa un instant les yeux puis les releva vers Son ami, un sourire sur les lèvres.

Qui sait, peut-être que je ne suis partie qu'hier, c'est vrai. La nuit a juste été un peu plus longue que d'habitude...

Il laissa un rire plus ou moins joyeux s'échapper, et il baissa de nouveau les yeux, secouant la tête. Oh oui, la nuit ne lui avait jamais paru aussi longue. Une nuit qui avait duré des années, une nuit où toutes ses peurs l'avaient rattrapés sans aucune difficulté, et tout cela parce-qu'il avait laissé son orgueil prendre le pas sur sa raison et sur son affection pour Son ami. Il avait regretté d'avoir fermé les yeux, d'avoir éteint la lumière. Il l'avait regretté plus que tout autre chose. S'il avait retenu le jour un peu plus, ne serait-ce que quelques minutes, il aurait sans doute pu rattraper le mal et leur éviter à tout deux ces années de solitude et de rancoeurs. Mais il n'en avait rien fait, Akira non plus. Ils avaient préférés se voiler la face et laissé partir Natsuki. Ils s'étaient montré lâches etavaient cédé à la facilité, parce-qu'ils n'étaient que des gamins trop gâtés. Et ils en avaient payé le prix. Il soupira. Les mauvaises pensées étaient finalement venues, mais elles s'en iraient bien vite, il le savait pertinement, après tout, Akira était là non. Et son bras autour de son cou ne pouvait que le rassurer... celui-ci relacha finalement son étreinte, et c'est presque avec regret qu'il le regard s'avancer. Hiroki pencha légèrement la tête de côté, un air intterogatif planté sur le visage. Pourtant, quand Son ami parla de nouveau, son éternel sourire en coin revint vite et une lueur malicieuse prit place dans ses yeux. Il s'approcha avec lenteur d'Akira et avec un sourcil haussé, passa un bras autour de sa taille.

Un allée direct pour ta chambre, hein...

Il resta un moment immobile, laissant le silence s'installer, mais ne parvenant pas à dissimuler son amusement. Il se détacha bientôt de Son ami, avec un rire qu'il ne pouvait plus retenir. Il mit un certain temps avant de se calmer, tant il aimait ces ridicules petit jeu aguicheurs. Bah, c'était sa façon à lui de lui prouver qu'il l'aimait, et Akira le savait. Tant qu'ils s'embêteraient mutuellement de cette façon, leur amitié n'avait rien à craindre. Il parvint enfin à retrouver un semblant de sérieux (du moins ne riait-il plus bêtement) et son attention se porta de nouveau à Son ami.

Je ne serais pas contre un tour du propriétaire. Histoire que je ne me perde pas en allant aux toilettes...

Un geste puéril peut-être, mais Hiroki n'était encore qu'un petit garçon. Il laissa sa langue dépasser de quelques millimètres de ses lèvres, avant de rire à nouveau, un plus court instant cette fois. Il se rapprocha de nouveau de Son ami, et lui passa à son tour un bras amical autour des épaules. Il était plus que temps que tous les deux, ils se reconstruisent des souvenirs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yusuke Akira
~ Oyabun CLASSE A - 1
avatar

Messages : 1010
Date d'inscription : 03/02/2008
Age : 28

~> Vous, Tokyoïte <~
Âge : 18 ans
Occupations: Si vous saviez...
Relations:

MessageSujet: Re: C'était comme ca, avant ? [PV]   Mar 8 Avr - 0:12

    Très sérieusement, qu'est ce qui ne pourrai pas aller aujourd'hui, depuis qu'Hiroki avait franchi le pas de la porte de la résidence des Yusuke ? Abolument rien, bien au contraire, Sa présence ici, et tout ne serai que parfait, c'était un peu comme un renouveau dans cette demeure, comme si un nouveau souffle y prenait vie, comme avant, lorsque chaque jour, il venait là et laissait son rire se diffuser entre les quatres murs de la maison, se mêlant au rire d'Akira, et, à l'époque encore, de Natsuki. C'est drôle mais, depuis qu'ils ne se voyaient plus, qu'aucun d'eux ne venaient ici, c'est comme si la maison avait perdue de sa joie de vivre, du moins, l'atmosphère de la maison semblait différente et ca, seul Akira pouvait le percevoir, c'est vrai, à quoi bon vivre dans une si grande résidence, si c'est pour rester seul dans sa chambre, sans personne avec qui jouer pour occuper tout cet espace. Biensur, Akira à sa jeune soeur, Reika, avec qui, fort heureusement, il peut passer du temps, mais c'est encore différent, il ne rit pas avec elle, de la même manière qu'il le faisait avec Hiroki & Natsuki, ce n'était pas le même délire, c'est tout autre chose, de plus, en grandissant, Reika avait ses propres amis, et Akira, Akira lui, c'est seul qu'il grandi, non pas qu'il ai du mal à se faire des amis, loin de là, puisqu'au lycée, la plupart des élèves donneraient chèr pour s'attirer sa sympathie, sympathie qui pourtant, était bien loin d'être acquérit pas quiconque, puisque Akira l'avait définitivement bloquer, seules deux personnes y avaient droit, et personne d'autre.

    Ce temps là, est bel et bien révolu, plus de souffrance, que du bonheur, Hiroki était là, à côté de lui, chez lui, pour lui, c'était lui qu'il était venu voir. Son ami, lui était revenu, et c'est ici qu'ils le prouveraient d'avantage, en faisant comme autrefois, en se laissant aller, en riant, et en partageant tout, absolument tout. Oh qu'ils en avaient des choses à rattraper tous les deux, et ce soir, Akira avait la ferme intention de redevenir le gamin innocent qu'il avait toujours été lorsqu'avec Son Hiroki, il se trouvait. Il manquait cependant cet air, la jolie Natsuki, elle n'était pas dans la demeure, mais inlassablement, elle y était, au travers de souvenirs, car même sans se l'avouer, chacun, à ce moment précis, devait penser à Elle, puisque lorsqu'ils se trouvaient ici, c'était bien les trois, et que rarement à deux. Les taquineries avaient déjà fusé, à peine Hiroki était arrivé, et le bras autour de la taille d'Akira en était la preuve formelle, tout comme le rire qui s'en suivit, le rire de l'un, faisant échos au rire de l'autre, ca en devenait presque mélodieux, et quelle belle mélodie. Oh que oui, la nuit avait été bien plus longue qu'elle n'aurai du l'être, une nuit de presque cinq ans, étonnemment long n'est ce pas ? Mais ca y'est, tous les deux, ils venaient d'ouvrir les yeux, en même temps, et cette fois ci, c'est la prochaine nuit qui tarderai à venir, car éveillés, ils comptaient bien le rester, et pour un bon moment.

    C'est bête mais, à part Hiroki, personne ne pouvait affirmer avoir un jour pu toucher Akira de la sorte, demandez donc, si quelqu'un avait pu mettre son bras autour de la taille de l'Oyabun, même pour rigoler, et vous verrez que personne ne répondra, parcequ'indirectement et de manière discrète, Akira refusait qu'on le touche, du moins, pas de cette manière là, biensur des copines, il en avait eu, sa période grand dragueur, il n'y avait pas échapper, mais rien de sérieux, il ne s'était d'ailleurs pas reconnu à ce moment, peut être allait-il vers les filles, pour en oublier Une, ou du moins, effacer l'amour qu'il épprouvait envers Elle.


    " Quoi que, je me dis que ca pourrai être drôle que tu te perde en cherchant les toilettes, j'imagine très bien la scène d'ici "

    Fermant les yeux et mimant un Hiroki pressé d'aller se soulager aux toilettes, il ne put cependant pas garder son sérieux d'avantage, se mettant à rire en passant une main négligemment dans les cheveux de Son ami, le décoiffant fièrement par la même occasion. Et à nouveau, ce sourire tendre et complice, qu'il n'avait pas adresser de la sorte à quelqu'un d'autre depuis tout ce temps. Réattrapant Son ami par l'épaule et l'enlaçant, il l'entraina avec lui. La chambre d'Akira se trouvait à l'étage, ils visiteraient donc tranquillement tout en s'y rendant, et c'est devant une porte que s'arrêta l'Oyabun tout en fixant Hiroki.

    " Les toilettes sont là. Ceux à l'étage sont hors service pour le moment, tâche de t'en souvenir "

    Il n'avait pu s'en empêcher, les toilettes à l'étage, n'étaient absolument pas hors service, mais l'image qu'il s'était faite d'Hiroki juste avant, avait fait en sorte qu'il l'embête d'avantage, en espérant juste, que Son ami n'aille pas vérifier ses dires. C'est ainsi que les deux Amis continuèrent leur rapide tour des lieux, de toute façon, Akira ne le lâcherai pas d'une semelle, où qu'il aille, il le suivrai, comme avant. Cuisine, salon, living, salle de bain, salle de sport, puis vint l'étage, toilette (qu'Akira ne prit pas la peine de montrer d'avantage, afin qu'il ne vienne pas l'idée à Hiroki d'entrer pour vérifier), quelques chambres, celle de Reika entre autre, puis enfin, la dernière porte, menant à la chambre d'Akira.

    " Prêt à y entrer ? C'est drôle mais, ca me fait bizarre, de savoir que tu vas enfin remettre les pieds dans cette chambre, pour tout te dire, j'ai attendu ce moment, sans croire qu'un jour, il arriverai... Inspirant tout en marquant une pause, il reprit, presque ironiquement Voilà que je fais dans le sentimentalisme, enfin, à toi l'honneur "

    Souriant presque timidement, Akira ouvrit la porte et laissa l'accès libre à Son ami. Depuis tout ce temps, la chambre était presque inchangée, peut être quelques objets en plus, une armoire aussi, mais le reste, était identique, une pièce calme, une baie vitrée laissant la chambre baignée par le soleil tout au long de la journée, un lit spacieux, tout comme la pièce en elle même. Etait-elle comme dans les souvenirs d'Hiroki, Akira se le demandait bien, d'ailleurs, son regard ne quittait pas Son ami, une étrange sensation, un drôle de sentiment, mais enfin, Akira était heureux, et ce n'est pas un Hiroki presque adulte qu'il voyait là, de dos maintenant, mais bien un petit garçon, Son ami à lui et rien qu'à lui. Verrouiller la porte, pour qu'il ne reparte plus.


Restes avec moi, pour toujours, tu es d'accord, Hiro-kun ?

_________________
You Know ? I Need You...
Stay With Me, I Say That I Need You...
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tokyo-high-school.forumsactifs.com/index.htm
Suzumura Hiroki
~ Oyabun CLASSE D - 1
avatar

Messages : 507
Date d'inscription : 26/02/2008
Age : 27

~> Vous, Tokyoïte <~
Âge : 18 ans
Occupations: Let's Play #
Relations:

MessageSujet: Re: C'était comme ca, avant ? [PV]   Dim 20 Avr - 0:52

C'était comme ça, avant ? Avant qu'ils ne se perdent, qu'ils ne s'éloignent aussi bêtement ? C'était comme ça, avant ? Oui. Bien sûr que oui. Et le simple fait de réaliser, peu à peu, que tout allait sans doute redevenir « comme avant », ne pouvait que lui donner ce sourire béat et cet air un peu bête, qu'il arborait en cet instant. Mais c'était peut-être trop, peut-être ne le méritaient-ils pas encore. Oui, sinon, pourquoi est-ce que... ah. Il ne savait même plus lui-même quoi penser de tout cela. Qu'ils le mérite ou pas mais au fond... quelle importance ! Enfin, il avait Akira devant lui. Ils avaient passé ces cinq dernières années côte à côté, à s'ignorer tant bien que mal, à cause d'une dispute des plus bête. Comment pouvait-on seulement penser qu'il était possible de se montrer aussi obstiné ? Aussi têtu... aussi bête surtout. Non, on ne pouvait imaginer une telle chose tout simplement parce-que personne ne voulait vraiment vivre une situation comme celle-ci. C'était comme se couper volontairement d'une source même de sa vie, c'était comme se briser soi-même la moitié de son coeur. On ne vit pas sans se poser quelques questions, on ne vit pas sans doutes et sans bousculades mais quand on vit ainsi, quand on préfère se barricader à tout sentiment sauf à la rancoeur et à la haine, quand on ne doute plus certes, mais qu'on n'empêche même toute pensée, tout souvenir de venir s'installer dans notre esprit, on ne vit même plus. Il devient même impossible de vivre, ou de survivre. On n'avance plus. C'est comme si on restait bloqué... oui. C'était le mot, bloqué. Hiroki lui, était resté bloqué à cette époque de sa vie où tout encore lui souriait, où il vivait encore. Il n'avait pas grandi, n'avait jamais souhaité le faire. Inconsciemment sans doute, il s'était demandé à quoi cela pourrait bien servir, de grandir, alors qu'on était seul et condamner à le rester, alors qu'on s'en voulait à mort de n'avoir pas su retenir ce qui nous permettait tout simplement de sourire, de rire, de penser à autre chose qu'à ces petits problèmes quotidiens qui survenaient dès le plus jeune âge. La vie était comme ça oui, faîtes de petits tracas, mais on les surmontaient sans grande difficultés, lorsqu'on était aussi bien entouré qu'il l'était alors à cette époque. Lorsque Natsuki et Akira était encore près de lui, pour lui donner tout le courage et la force dont il avait besoin.

Mais lui aussi avait fait de son mieux pour leur donner un peu de ses rires, un peu de ses bras, de son épaule. S'il l'avait pu, il leur aurait donné bien plus encore. Toute sa personne même, tant il les aimait tous les deux. Ils possédaient en tout les cas son coeur, ça, il n'en avait jamais douté, et ce même durant ces cinq dernières années où Natsuki était loin et Akira... Oui. Même lorsqu'il s'était persuadé de le haïr pour le restant de ses jours, même pendant cette longue période, il n'avait pu faire autre chose que se résigner à le voir occuper son coeur de la même manière qu'il l'avait toujours fait. Il l'avait toujours sentie là, dans son coeur autant que dans sa tête. Peut-être parce-qu'ils étaient si semblables que parfois, Hiroki avait du mal à faire la distinction entre lui et Son ami. Il y avait peut-être de cela aussi, Son empreinte était si bien ancrée en lui que même s'il voulait l'ignorer, il ne pourrait pas. Il était pire qu'une fille tiens, toujours à hanter ses pensées. Ah... un sourire vint orner ses lèvres pendant un instant, et il baissa la tête quelques secondes, histoire de l'effacer. Ou non. Non finalement, il pouvait bien garder ce sourire songeur, ce sourire tout court qui lui allait si bien et qui ne semblait sincère que lorsqu'Akira ou Natsuki était dans les parages. Oui, après tout, il pouvait bien le garder puisqu'à présent, il était clair qu'il allait être heureux. Le rire de Son ami qui se joignit au sien d'ailleurs, ne fut qu'une preuves supplémentaires de son bonheur à venir. Il resta là un moment, lorsque leur fou-rire respectif se fut éteint, les yeux baissés, l'éternel sourire qui semblait s'être incrusté pour toujours sur ses lèvres. Qu'il était agréable d'être encore ici, de se sentir à nouveau comme chez lui, près de Son ami. Oui, que c'était agréable... autant que ces taquineries qui immanquablement, revenaient avec la proximité. Il laissa s'échapper un nouveau rire, suivit d'une moue faussement meurtrie, suite à l'imitation d'Akira.

Allons allons. Pas la peine de m'imiter, tu n'atteindras jamais ma perfection incarnée, même dans ce genre de situation...

Encore une fois ce rire, encore une fois ce sourire. Que tout cela faisait du bien, que tout cela... pff. Tout cela était indescriptible après tout et n'avait pas besoin de l'être tant c'était naturel. C'était avant, c'était être loin de Lui qui était anormal. A présent, tout irait bien, tout irait mieux. Ils pourraient apprendre de nouveau à être heureux tous les deux, si ce n'était pas déjà fait. Oui... si ce n'était pas déjà fait. Et à nouveau le poids de ce bras sur son épaule. Ce poids qui lui ferait monter les larmes aux yeux tant il lui avait manqué, tant il était la preuve de ce qu'ils représentaient l'un pour l'autre. Ce poids omniprésent dans le coeur et dans le corps de chacun, ce poids... qui n'avait rien de gênant au contraire, qui était plus que rassurant. C'était ce qui leur, enfin, lui apportait du moins, cette chaleur qui lui étreignait le coeur. Ce poids qui permet de ne jamais se sentir vraiment seul, même lorsqu'on l'est. Ce poids qui permet d'avancer, car il est là comme une promesse de réconfort au bout de toutes les difficultés rencontrées. Il sourit de nouveau, quoiqu'il n'avait pas perdu le sourire qu'il portait auparavant. En fait, il était inutile de préciser qu'il souriait bêtement depuis qu'il était entré dans la maison de Son ami, et qu'il n'avait pas l'intention de cesser de le faire de sitôt. Ils passèrent ainsi au crible toutes les pièces de la maison, du moins la majeur partie, et Hiroki constata avec plaisir que même sans visite, il aurait été capable de tout retrouver presque les yeux fermés. Oui, comme s'il s'était endormi hier soir et qu'il s'était éveillé ce matin juste pour retrouver en l'état ce qu'il avait laissé hier. Peut-être même entendrait-il dans quelques minutes la sonnerie retentir, annonçant l'arrivée de Natsuki. Peut-être... mais voilà qui serait trop beau. Bien trop beau et puis... un coup d'oeil sur le côté. Oui, et puis il comptait bien garder encore un moment Son ami pour lui tout seul. Et personne d'autre, pour le moment. A lui. Comment avant, comme lorsqu'ils étaient enfants. Ce qu'ils étaient toujours sans doute, finalement. Il vit en souriant la chambre de Reika, qui avait bien changé depuis la dernière fois qu'il avait pu la voir. Elle avait grandi elle aussi, était devenue une jeune fille qui ne jouait plus à la poupée et n'avait plus d'édredon rose bonbon à petits poussins jaunes x) sur son lit. Le temps était bien passé, mais pour lui, en cet instant, il s'était comme arrêté. Sans un instant, après un souffle, il reprendrait. Lorsque la porte devant laquelle ils venaient de s'arrêter s'ouvrirait, il savait qu'une flopée de souvenirs reviendraient. Ces souvenirs qui lui permettront alors de repartir, de revivre. Enfin.

Elle s'ouvrit enfin, après les paroles d'Akira qui lui avait fait plus qu'un coup dans le coeur. C'était étrange oui, de se savoir là. Il n'était plus venu depuis des années, mais il se rappelait de ce couloir comme d'hier. C'était étrange, si étrange. Il pénétra dans la pièce d'un pas lent, laissant Son ami derrière lui. C'était comme entrer dans un sanctuaire, le soleil baignait la pièce dans une douce ambiance de début de printemps. Le silence s'était fait, et il pouvait entendre quelques cris d'oiseaux derrière la fenêtre close. La pièce était spacieuse, mais telle que dans ses souvenirs. L'armoire était là, tout comme le lit qu'ils avaient bien failli démonter à force de sauter dessus dès qu'ils le pouvaient. Mais c'était un lit moelleux à souhait qui appelait immanquablement aux bêtises. Tous les trois en avaient fait de ces roulades sur la couette de Son ami. Il laissa un rire s'échapper à ce souvenir. Un jour, il s'était fait mal à l'épaule en tombant de ce lit d'ailleurs, il s'en souvenait plus que bien. Il n'avait rien eu de cassé, c'était bien moins grave que la blessure d'Akira sur le toboggan, mais il avait eu une sacré peur qu'il avait dissimulé sous un rire. Ses amis n'avaient pas été dupe, et Akira lui avait tourné un moment autour, comme sentant sa douleur, mais il avait fini par râler et demander à ce qu'on le laisse tranquille. Il avait ainsi enduré son mal seul, pour ne rien gâcher de ce moment avec Ses amis. Un beau bleu s'était formé sur son bras dès le lendemain, qui avait d'ailleurs mis du temps à s'effacer, mais il s'était bien gardé de le montrer à Akira ou Natsuki. C'était un p'tit dur alors... il souriait ainsi bêtement, perdu dans ses souvenirs. Au bout d'un court moment, ou long, il ne savait plus. Le temps n'avait plus d'importance à présent. Il se tourna vers le couloir, où se tenait encore Son ami, et lui fit partager son sourire, ainsi que les étincelles de malice et de plaisirs qui brillaient dans ses yeux. Il baissa un moment la tête, fermant fort les yeux, tout en sachant que lorsqu'il les rouvrirait, Akira serait encore là, et lui-même serait encore dans la chambre de cet ami tant chéri. Il rit de nouveau et sortit de la pièce, passant un bras tendre et amical autour du bras de Son ami.

Que fais-tu encore là ? Aurais-tu peur d'entrer dans ta propre chambre ? Voyons voir si ton lit tiendras maintenant que nous avons tous deux bien épaissis !

Un nouveau rire sonore et il pénétra de nouveau dans la pièce, tenant fermement son ami dans ses bras. Non, cette fois, il ne le lâcherait pas. Jamais, plus jamais.

D'abord, t'es MON copain que à moi. Pour toujours, toute la vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yusuke Reika
~ Admin l CLASSE A - 3
avatar

Messages : 305
Date d'inscription : 03/02/2008
Age : 26
Localisation : Laaa

~> Vous, Tokyoïte <~
Âge : 16
Occupations: Secret défense ^^
Relations:

MessageSujet: Re: C'était comme ca, avant ? [PV]   Mar 22 Avr - 17:11

Reika s'étira longuement tout en baillant lorsqu'elle sortit de la maison de Tsuki, son amie lui faisant des signes à travers la fenêtre. Lui souriant grandement tout en lui faisant "bye bye" de la main, elle commença à avancer dans la rue d'un pas lent mais énergique. Il faisait déjà nuit et les étoiles remplissaient le ciel, néanmoins un petit vent froid faisait frissonner les branches d'arbres ainsi que la jeune fille. La soirée avait vraiment été géniale comme chaques moments passés avec son amie de toute manière...Elles n'avaient cessé de rire aux éclats et de faire les idiotes se moquant peu de déranger le voisinage ou pas. En début de soirée elles étaient allées rejoindre un groupe d'amis à MacDonald sur Roppongi Hils et s'en était suivit une scéance cinéma pendant lequel tout le groupe s'était fait enguirlandé pour cause de bruit. Par la suite las deux demoiselles étaient rentrées bien sagement chez Tsuki pour passer un peu de temps seule à seule à se raconter les derniers commérages de quartier ou les derniers scoops du lycée.

Alors qu'elle allait tourner au coin de rue qui l'emmerait vers sa résidence, son téléphone sonna. Levant un sourcil en se demandant qui cela pouvait bien être à cette heure là, Reika, farfouillant dans son sac à la recherche de son portable. L'appel fut bref et sec comme d'habitude lorsqu'il s'agissait du secrétaire de son père. Celui-ci lui annonçait simplement que "Monsieur et Madame" Yusuke ne rentreraient finalement que le week end prochain des Etats Unis car ils devaient encore négocier on ne sait quel contrat...Comme si "Monsieur ou Madame" ne pouvaient pas appeler en personne leurs propres enfants, non ça devait passer par le biais d'un intermédiaire...Enfin il ne fallait pas s'attendre à mieu de la part de leur parents, ils avaient toujours été ainsi et c'est pas demain la veille qu'ils changeraient.

Rangeant son portable dans sa poche, elle tourna dans la rue et vit bientot se dessiner la silouette imposante de la demeure Yusuke. Se hatant pour rentrer dans la maison, elle fut accueillit bien vite par une employée qui vint prendre son manteau. Se déchaussant, elle enfila ses chaussons, remerciant l'employée poliment et monta à l'étage afin d'aller prévenir son frère de son retour et de la durée plus longue du voyage de leur parent. Arrivée dans la couloir menant à sa chambre et par la même occasion à celle de son grand frère, elle prit la parole d'une voix forte et enjouée, se précipitant presque vers la porte grande ouverte de la chambre de ce dernier.


- TADAIMAA ONII-CHAANN !! Cria-t-elle avant de pénétrer dans la chambre. Tu sais quoi, le sécrétaire de Pap...

Reika se stoppa nette dans son entousiasme réalisant la présence de quelqu'un qui ne devrait justement pas se trouver là...Hiroki ? Oui c'était bien Hiroki qui était là aux côtés de son frère...mais que se passait-il encore ? Pourquoi était-il là s'était trop étrange pour paraitre vrai...Venait il défier Akira dans sa propre maison ? Quoi qu'il en soit, la jeune fille s'inclina légèrement avant de bafouiller un bref :

- K...Konbanwa.

_________________
I give my heart, cause nothing can compare in this world to you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tokyo-high-school.forumsactifs.com
Yusuke Akira
~ Oyabun CLASSE A - 1
avatar

Messages : 1010
Date d'inscription : 03/02/2008
Age : 28

~> Vous, Tokyoïte <~
Âge : 18 ans
Occupations: Si vous saviez...
Relations:

MessageSujet: Re: C'était comme ca, avant ? [PV]   Mar 29 Avr - 19:05

    La sensation qu'épprouvait Akira, à cet instant précis, était indéscriptible, pourtant, ne l'avait-il jamais ressentie, autrefois, lorsque tout allait pour le mieux et qu'ils n'étaient que des enfants insouciants, égoïstes, n'aimant qu'eux ? Certe, c'était similaire, mais aujourd'hui, avec le temps qui avait passer, la vie vécu l'un loin de l'autre, enfin, loin était peut être un grand mot, car au fond, s'étaient-ils réellement quitter un jour, il est évident que non, même la haine, n'avait pas réussi à les séparer, il est certain qu'après ca, qui aurait l'audace de dire qu'il pourrai briser une amitié aussi solide que la leur... Tout ca pour dire, que le bonheur épprouvé par Akira, dès l'instant où il avait vu Hiroki pénétrer dans sa chambre, était indéfinissable, il ne voyait pas Son ami entrer dans la chambre, mais le gamin qu'il était autrefois, celui qui, à peine posait-il les yeux dessus, avait ce don d'apporter un souffle d'air frais à sa vie, celui qui, dans un simple regard, pouvait le faire sourire à s'en décrocher la machoir, pouvait le faire rire à en manquer d'air, c'est cet Hiroki là, qu'il voyait en face de lui. Et lui, qu'était-il alors ? Et bien, ce même gamin, le petit Akira débordant de vitalité et d'affection pour Son ami, le gosse de riche insouciant qui ne veut pas Le partager, qui Le veut pour lui tout seul, c'est tout. Et là, il ne l'avait que pour lui, autrement dit, il n'avait rien besoin d'autre, tout ce qui suffisait à son bonheur, se trouvait dans la même chambre que lui. Tiens, pourquoi ne pas verrouiller la porte, et rester enfermer là pour toujours avec Son copain à lui, c'est une bonne idée non ?

    Même la chambre, semblait bien différente de la chambre qu'il avait quitter le matin même lorsqu'il était sortit prendre l'air, comme si en une après midi, la pièce pouvait avoir changer, mais si, elle semblait tellement plus clair, plus lumineuse et surtout, pleine de vie, l'atmosphère de la chambre avait changer, comme si elle était identique, à la toute première fois où Hiroki y avait mit les pieds, lorsqu'ils avaient emménagés ici, alors qu'Akira n'était qu'un bambin. Il y avait cette impression d'avoir remonté le temps, comme si les jouets avec lesquels ils s'amusaient étaient encore là, sur le sol, et qu'ils reprendraient leurs jeux là où ils s'étaient arrêtés la veille, biensur, les jouets n'étaient pas là, mais un simple regard vers ce même sol, et on pouvait les imaginer, il est certain même, qu'Hiroki les voyaient aussi, au même endroit, le ballon là, près du bureau, le pistolet derrière la porte, et tout le reste, rien échappait à Akira. Toujours souriant d'ailleurs, comment perdre une once de ce sourire si bénéfique à sa survie, ce sourire qu'il avait perdu depuis tant de temps, ne semblait plus vouloir quitter ses lèvres, et c'est tant mieux, après tout, Hiroki n'avait le droit que de voir ce sourire là, puisqu'il n'était adresser qu'à lui, d'ailleurs, voir le sourire d'Hiroki, était tellement communicatif, qu'il ne pouvait en être autrement. Ils étaient là, dans cette immense chambre, à se nourrir de cette atmosphère du passé qui pourtant, n'appartenait qu'à l'instant présent, elle leur était bénéfique à tous les deux, et déjà l'air malicieux avait reélu domicile sur le visage d'Akira, comme si cette chambre, aspirait à s'amuser, comme couper du monde, ils étaient, et le pire de tout, c'est qu'ils aimaient ca.

    Je peux jouer avec vous ?
    Non ! Hiroki & moi, on joue que les deux, tu n'es pas notre ami, ta pas l'droit !


    Avant que Natsuki n'arrive, ils pensaient que tout les deux, étaient les seuls, que personne n'avait le droit de jouer avec eux, parcequ'ils étaient ensemble, fort, et que rien ne pouvait leur arriver, puisqu'ils se protégeaient mutuellement. Dès leur plus jeune âge, ils avaient assimiler cela, les autres gamins, ne pensaient qu'à s'amuser avec le premier venu, ils se faisaient ainsi de nouveaux copains, c'était bien comme ca, que fonctionnait la vie en communauté ? Pourtant, ni Hiroki, ni Akira, ne ressentait ce besoin d'être entourer par plein de monde, bien que malgré eux, ils l'étaient, puisque depuis leur plus jeune âge, ils attiraient, ils étaient admirer par leur camarade de classe, ils savaient pourquoi d'ailleurs, ils étaient les plus beaux, les plus riches, les plus forts, et en restant tous les deux, ils avaient ce quelque chose en plus, qu'aucun autre élève n'avait, et c'était tellement bien, qu'ils s'en vantaient, entre eux. Ils aimaient bien se dire, qu'une fille l'avait regarder, ou que des garçons les enviaient, pourtant, jamais ils n'avaient chercher à s'en faire des amis, puisqu'ils ne se partageaient pas, non, c'était Hiroki & Akira, juste, Hiroki & Akira.

    Je t'aime tu sais ?
    Moi aussi je t'aime


    Des paroles de gamins, oui ils s'amaient, comme deux frères, ils avaient beau se montrer dur, jouer les petits chefs, ils ne pouvaient s'empêcher de se donner des marques d'affection. Lorsqu'ils n'étaient que tous les deux, ils n'hésitaient pas, ils ne se gênaient pas, ils voulaient simplement se prouver qu'ils étaient important aux yeux de l'autre, et pour ca, il n'y avait aucune honte à s'avouer leurs sentiments tout naturellement. Et des retours en arrière, des petits détails sur leur vie, il pouvait encore y en avoir des tas, inombrable, de toute façon, toutes les belles choses de la vie liées à l'amitié appartenait à ces deux gamins, il n'y avait probablement pas plus belle amitié que celle ci, et ce n'importe où sur la planète, et puis, qui contredirai cela, quand ce sont deux petits êtres qui, tout petit, l'avait déjà remarquer et l'affirmaient innocemment ? Tout ceci d'ailleurs, pouvait très certainement se lire dans les yeux d'Akira, et sur son visage si expressif à souhait.

    " Pour information, tu n'aura pas ce privilège d'aller sur mon lit, il faudrai qu'on soit très intimes pour ca, et je ne pense pas que tu ai les critères que je recherche dans ce genre de relation, sauf si... "

    Un sourire taquin & aguicheur, dans la limite du pervers, ca voulait dire ce que ca voulait dire, si Hiroki voulait poser son postérieur sur Ce lit, qu'il le mérite, ou l'obtienne à sa manière, de toute façon, il était évident qu'il n'aurai pas besoin d'user de ruse ou quoi que ce soit, connaissant Hiroki, il n'en faisait qu'à sa tête, il s'agissait là simplement, d'une taquinerie parmis tant d'autres. C'est un claquement de porte, puis un echos de voix, qui capta l'attention de l'Oyabun et déjà il savait, que la suite des évènements deviendraient plutôt amusante et tordue. Des bruits de pas (bonjour la discrétion de Reika ^^) puis son arrivée imminente, un regard d'Akira sur Son ami, tout devait être identique dans la tête de l'un et de l'autre : La surprise qu'aurai Reika en Le trouvant ici, dans cette maison qu'il avait déserté depuis tant d'années. Et comme prévue, elle fut surprise et, se retenant de rire aux éclats devant la réaction de sa petite soeur, Akira bomba le torse, ajoutant ainsi d'une voix froide, cachant son amusement.

    " Inutile de te le présenter, tu connais Hiroki... Il est venu là pour régler quelque chose "

    Un ton de voix mystérieuse, tant qu'à faire, pourquoi ne pas en rajouter une couche et taquiner Reika, lui laissant ainsi le doute que les deux Oyabun se faisaient face, pour un éventuel règlement de compte, ou un truc du genre, juste curieux de voir la réaction de sa petite soeur chérie. Un bref mouvement de la tête, un imperceptible sourire et un regard en coin, Hiroki avait déjà cerné depuis le début, ce petit jeu pour taquiner Reika, si ca se trouve même, Il avait eu exactement la même idée, qui sait...

    Toi & moi, on est pareil, encore plus proches que des frères jumeaux, pas vrai Hiro-kun ?
    Et il l'enlaca, ce large sourire radieux, constamment apposé à ses lèvres lorsqu'il était avec SON ami...

_________________
You Know ? I Need You...
Stay With Me, I Say That I Need You...
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tokyo-high-school.forumsactifs.com/index.htm
Suzumura Hiroki
~ Oyabun CLASSE D - 1
avatar

Messages : 507
Date d'inscription : 26/02/2008
Age : 27

~> Vous, Tokyoïte <~
Âge : 18 ans
Occupations: Let's Play #
Relations:

MessageSujet: Re: C'était comme ca, avant ? [PV]   Lun 5 Mai - 21:37

    & c'était vrai que rien ne semblait avoir changé, depuis toutes ces années. Oh ! Pas seulement depuis leur dispute, mais plus loin encore. Au temps du jardin d'enfants, là où il s'était vu pour la première fois. Digne d'un scénario romantique ? Certes, il ne manquait plus que le coucher de soleil. Mais ça n'avait rien d'un film, leur amitié était des plus réelle et c'est justement ce qui la rendait exceptionnelle. Parce-que ce genre de chose, pour la plupart des personnes en ce monde, ne pouvait exister que dans les fictions. Peut-être un peu trop d'hypocrisie et de faux-semblant, eux les premiers, en tant que "gosses de riches", se devaient de répondre à ces critères, être de ceux qui dissimulent tout de leur réelles intentions, de ceux qui n'agissent que dans leur intérêt. Oui, tous les deux connaissaient parfaitement ce monde. Mais lorsqu'ils étaient tous les deux, lorsqu'ils étaient Akira & Hiroki tout simplement, il n'y avait plus de mensonges, plus de secrets. Il n'y avait plus de raisons d'avoir peur d'être trahi ou d'être seul. Plus de raisons de craindre quoique ce soit puisqu'ils étaient deux. Le chiffre magique peut-être, était plus exactement trois. Mais ces dernières années, ils avaient du apprendre à s'en passer. Apprendre à oublier l'inoubliable. Bien sûr, ils n'y étaient jamais parvenu, comment l'auraient-ils pu ? Le voulaient-ils seulement ? Non. Non, car il est évident qu'à les voir en cet instant, tous les deux dans cette chambre exactement comme il y a cinq ans, il était évident qu'aucun des deux malgré tous ses efforts, n'aurait pu effacer un lien dont ils n'avaient même pas prévu la naissance.

    Et lui alors. Lui, qu'aurait-il pu voir d'autre que ce même Akira d'à peine 6 ou 7 ans, qui était déjà Son Copain à lui tout seul depuis des années. Il se serait encore attendu à trouver tous les jouets qui se trouvaient dans cette chambre à cette époque, tout le désordre que seul un groupe de trois tel qu'ils l'étaient pouvaient créer. Turbulents, parfois brutales, mais toujours tendres. Natsuki leur apparaissait à la fois comme une petite et une grande soeur, qui savait les gronder autant que se faire protéger. Il releva les yeux vers Son ami, une leur nouvelle dans le regard. Et Akira ? Lui, avait sans doute été toujours plus matûre qu'il ne l'était encore aujourd'hui. Toujours plus silencieux et moins prompt aux preuves d'affections. Il semblait bien plus sage et mesuré qu'Hiroki ne l'était. Il avait certes ce côté mystérieux que toutes les filles, à chaque âge, adoraient dès le premier regard. Mais rarement, il leur offrait la moindre attention. Et il devait bien se l'avouer, lui, ça l'avait toujours bien arrangé de ne jamais avoir une fille autre que Natsuki entre les pattes, qui l'aurait forcément mit au second plan dans le coeur de Son ami. Au second plan ? Non, peut-être pas finalement. Du moins, aurait-il du partager un coeur qu'il n'aurait voulu que pour lui, et il savait pertinemment qu'il en aurait été de même avec Natsuki. Ca l'aurait sans doute moins gêné d'ailleurs, de voir cette dernière s'enticher d'un autre garçon. Peut-être même, cela aurait-il évité aux deux garçons de se disputer aussi fort. Non pas qu'ils eussent bien prit le fait de voir le troisième bout de leur vie leur échapper, mais au moins auraient-ils pu se rapprocher davantage derrière une cause commune, et non se déchirer comme ils avaient pu le faire.


Un regard noir et une grimace significative fit reculer la jeune fille qui s'était approchée d'un peu trop près. Peut-être était-il un peu trop aggressif mis il s'en fichait bien, il ne Le partagerait pas. Et puis c'est tout. Elle pouvait bien pleurer celle-là, il n'en démordrait pas.
- Suzumura ! T'es pas gentil du tout !
- J'm'en fiche.
- Mais c'est pas à toi que je veux parler ! C'est à Yusuke, alors pousse toi !
- Non.
- Suzumura !
- Va-t-en. Y a que moi qui peut aimer Aki-kun.
- Mais pourquoi Natsuki elle a le droit, elle ? C'est qu'une gaijin !
- Tais-toi. Tu sais pas. Tu sais rien du tout toi. Natsuki & Akira, y a que moi qui ai le droit de les aimer.


    Un sourire naquit soudain sur le coin de ses lèvres. Ca avait quelque chose de comique finalement, de les voir là, abruti par l'assaut des souvenirs. C'était étrange aussi, comment avait-il fait jusqu'alors ? Comment avait-il fait pour survivre sans cette maison, sans cette présence si précieuse qu'était celle de Son ami près de lui. Comment avait-il pu se contenter, toutes ces années de l'ombre de Son ami, de quelques frôlements, de quelques regards inamicaux et plus emplis de regrets que d'espoir. Comment ? Peut-être grâce à ce refu catégorique de continuer de cette façon, peut-etre oui, parce-qu'il savait pertinemment qu'un jour ou l'autre, il ne pouvait que retrouver celui qui lui avait toujours permis de respirer et de trouver le sourire, et ce dans n'importe quelle situation. Sa vie sur pause était terminée, il allait pouvoir la reprendre là où il l'avait laissé. Il sourit.

    Aux paroles de son ami, il porta une main à sa bouche et prit un air profondément choqué.

    " Comment peux-tu sous-entendre une chose pareille ? Me voilà choqué. Je ne te savais pas comme ça..."

    Après une pause, il laissa retomber sa main et une lueur taquine s'alluma dans ses yeux. La même sans doute, que celle qui s'était allumé dans le regard de Son ami. Qu'il était bon de retrouver cette complicité, ces lueures amusées, toutes ces petites preuves d'affections et de tendresses que seuls eux pouvaient comprendre.

    " Sauf si... ? "

    Un haussement de sourcil, sans perdre une once de l'air aguicheur qui venait d'apparaître sur son visage. Pourtant, il n'eut pas le temps d'avoir sa réponse car le bruit d'une porte qui claque, suivit de l'écho de pas précipités qui s'approchaient de la chambre lui firent tourner le regard en direction du couloir où ils se trouvaint tous deux quelques minutes plus tôt. Et c'est ainsi qu'il pu voir de plus près cette petite frimousse qui avait monumentalement changé depuis la dernière fois qu'il était venu ici. Et ce fut sans doute un coup des plus violents pour lui. Cinq ans. En voyant à quel point Reika avait pu changer depuis, il se rendit compte combien ces dernières années furent terriblement longue. Son sourire faiblit un instant, et la lueure de ses yeux du s'éteindre un moment. Il allait répondre au salut de la jeune fille, mais la voix de Son ami l'arrêta. Il se tourna vers lui, sa curiosité soudain attisée. Mais la situation eut au moins le don d'effacer toute la mélancolie qui s'était subitement emparée de lui. Il soupira et secoua discrètement la tête. Un regard d'Akira et un sourire amusée, et il ne mit pas longtemps avant de se décider à prendre part au jeu.

    " En effet. Nous avions deux ou trois choses à nous dire... "

    Ses yeux s'étrécirent un instant, et il releva légèrement le menton, gardant son air menaçant. Puis, brusquement, il abandonna sa pose tout en se tournant vers Reika, un doigt sur les lèvres et des yeux presque larmoyants.

    " Oui, je crois que j'ai oublié mon lapin en peluche lors de ma dernière visite, et il n'a jamais voulu me le rendre d'abord, il est méchant, hein. "

    Il ne se départit ni de son air triste au possible, et encore moins de son sérieux. Il ne semblait d'ailleurs absolument pas plaisanter, et bien que la blague semblait plus qu'évidente, pourquoi ne pas laisser plâner un doute là-dessus. Après tout, rien de mal à s'amuser n'est ce pas ? Et embêter les filles n'avaient-ils pas été un de leur jeu favori, avant ?


& tu seras Mon copain pour toujours ?
Evidemment !
Non mais c'est parce-que je t'aime, tu sais.
Bah. Moi aussi, je t'aime.


I've found I'm scared to know
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yusuke Reika
~ Admin l CLASSE A - 3
avatar

Messages : 305
Date d'inscription : 03/02/2008
Age : 26
Localisation : Laaa

~> Vous, Tokyoïte <~
Âge : 16
Occupations: Secret défense ^^
Relations:

MessageSujet: Re: C'était comme ca, avant ? [PV]   Ven 9 Mai - 0:05

Si quelqu'un lui avait dit qu'un jour Suzumura Hiroki refranchirait le pas de la porte de cette deumeure, elle aurait certainement rit amèrement au nez de cette personne. Et pourtant...ne se tenait-il pas ici même comme il le faisait souvent il y a plusieurs années déjà ? Il avait bien changé ce petit garçon qui les jours de pluie portait toujours son horrible K-way jaune poussin avec son petit chapeau et ses bottes imperméables assortis...Oui il n'était plus le même qu'avant et pourtant, le trouver si proche de son frère des années après ne la choquait même pas...C'était si naturel et à la fois tout de même un peu étrange de voir ses deux là ici même, dans un lieu qui pour eux était remplis de souvenirs d'une enfance douce et joyeuse. Etant plus jeune que le trio qu'ils formaient autrefois avec Natsuki, elle ne s'aventurait pas trop à aller traîner avec eux et pourtant elle les avait cotoyé tellement souvent que pour elle ils étaient presque devenus des membres à part de sa famille. Ces trois là fonctionnaient toujours ensemble, inséparables comme les doigts de la main, ne s'éloignant jamais trop comme s'ils avaient une peur folle de se perdre à tout instants...Mais ceux qui avait toujours attiré spécialement son attention c'était bien eux...Akira et Hiroki, les jumeaux, comme elle se complaisait à les surnommer quand elle était plus petite. Il y avait une telle osmose entre eux qu'ils semblaient liés par quelque chose de bien plus fort qu'un amour fraternel. Jamais oh grand jamais elle n'aurait imaginé un Akira sans son Hiroki ou un Hiroki sans son Akira...Ils étaient l'un pour l'autre comme une bouffée d'oxygène ou une drogue sans conséquences dont la dépendance se faisait ressentir à tout moments. Elle même aimait les voirs ainsi, les voirs dans leur bonheur de protection et d'amour profond. Ils étaient admirés, ils aimaient l'être et ils en jouaient sans pour autant jamais se détacher l'un de l'autre. Qui aurait pensé qu'un jour tout pourrait se briser par de simples mots ? Etaient-ils trop jeunes pour comprendre les conséquences de leurs paroles à ce moment là ? Ou bien avaient-ils pris conscience que le changement de l'autre leurs faisaient peur et que pour éviter cela ils avaient préféré s'éloigner sous un prétexte dérisoire ? Les seuls gardiens à cette réponse n'étaient qu'eux-même et c'est pour cela que même loin l'un de l'autre, ils restaient liés par quelque chose de fort.

Etonnant de voir à quel point les gens peuvent prendre des décisions attives et se rendre compte bien après l'erreur fatale commise. Si les deux garçons à ce moment là avaient été égoiste c'était peut-être par qu'ils avaient besoin de se tester et de tester leur amitié ? Reika n'avait jamais trop su comment prendre cette situation, aussi avait-elle préféré faire fit de tout cela et "prendre le partit" de son frère en ignorant Hiroki qui n'aurait de toute manière, rien à faire de la petite soeur de son "ex" meilleur ami. Elle c'était contentée de les surveiller du coin de l'oeil, d'observer leurs agissements l'un envers l'autres...Etrange cette façon de toujours vouloir attirer l'attention de l'autre...étrange de vouloir des échanges verbaux, voir même des échages physiques à grands coups de poings. S'ils étaient devenus en quelque sorte ennemis personnels, ils n'en étaient pas moins devenus indifférent l'un de l'autre bien au contraire d'ailleur. Et tout ses idiots postés auprès d'eux, soutenant l'un comme l'autre, ne sachant même pas de quoi il en retourne...Oui, souvent Reika c'était posé cette question ; Est-ce que Akira ou Hiroki remarquait les gens autour d'eux lorsqu'ils se rencontraient au détour d'un couloir ? Et les autres badauds prétaient-ils seulement attention que dans les yeux d'Akira on ne voyait que Hiroki et dans ceux d'Hiroki qu'Akira et personnes d'autres ? Ils ne fallait pas être très fûter pour remarquer que les deux Oyabuns faisaient fît des autres lorsqu'ils étaient réunis. Mais bien évidemment tout les autres élèves se fichaient bien de savoir ça, pour eux, la rivalitée de ces deux là suffisait amplement à remplir leur petite journée minable de souvenirs innoubliables. C'était une des choses qui répugnait au plus haut point la jeune fille et c'est se qui faisait qu'elle haissait tant le rang d'Oyabun auquel son frère et Hiroki avaient été élevés. Les classes de Ryuuzan ne savaient même pas pourquoi elles s'opposaient des fois, et ça c'était vraiment d'un ridicul effarent !

Alors peut-être que pour une fois, les deux jeunes hommes avaient choisit de régler leurs comptes en dehors de l'enceinte de l'établissement ? Mais cela n'avait rien de très rassurant, elle ne voulait pas qu'ils se battent encore une fois, s'efforçant encore et toujours d'enfouir les bons souvenirs dans un torrent de haine. Pensaient-ils un jour arriver à dépasser leur passé de bonheur contre un présent remplis de pics et de bagarres ? Pensaient-ils réellement arriver à mieu tout gérer ainsi ? La réponse était définitivement non ! Reika avait déjà assez vu son frère changer et se renfermer de plus en plus loin de sa source de bonheur, alors il serait peut-être temps que ces deux là cessent leurs gamineries une bonne fois pour toutes ! Alors qu'elle allait prendre la parole pour leur balancer leurs quatres véritées et cesser son silence respectueux de cinq années, Hiroki prit la parole, parlant d'un ton neutre, lançant se qui pourrait ressembler très franchement à une blague enfantine. Perplexe, elle haussa un sourcil prenant un air dubitatif, doutant vaguement de la situation actuelle...Etait elle vraiment se que son frère avait essayé de lui faire croire ? Ou bien...?


- Il ne me la jamais donné en tout cas, je suppose donc qu'il doit dormir avec toutes les nuits, déclara-t-elle simplement adoptant le même ton qu'avait employé l'Oyabun tout en gardant son air perplexe affiché sur son visage.

Son regard se porta sur son frère après c'être longtemps attardé sur Hiroki et elle fronça légèrement des sourcils, essayant de comprendre cette situation pour le moins étrange et inhabituelle.


- Vas-tu me laisser encore dans le doute pendant longtemps ou tu comptes éclairer ma lanterne prochainement ? Fit-elle en s'adressant à son frère.

_________________
I give my heart, cause nothing can compare in this world to you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tokyo-high-school.forumsactifs.com
Yusuke Akira
~ Oyabun CLASSE A - 1
avatar

Messages : 1010
Date d'inscription : 03/02/2008
Age : 28

~> Vous, Tokyoïte <~
Âge : 18 ans
Occupations: Si vous saviez...
Relations:

MessageSujet: Re: C'était comme ca, avant ? [PV]   Lun 12 Mai - 12:27

    N'est ce pas génial, de pouvoir être complice avec une personne qui vous connait dans les moindres détails ? Qui sait par avance, le mauvais coup, ou la stupide blague que vous avez l'intention de faire, et qui, sans même un mot, agit dans le sens que vous l'auriez désiré afin de mettre en oeuvre la supercherie ? Pour Akira en tout cas, il pouvait affirmer clairement que si, et le seul qui puisse le comprendre dans un simple regard, n'était autre que Lui, Hiroki, Son ami. Amusant que même après s'être séparer quelques années, ils puissent retrouver cette complicité à toute épreuve, que dès lors où ils avaient renoués plus instensément ce lien, tout ce qui s'était estomper au fil de ces années perdues, répparaissent naturellement. Entre eux c'est simple, tout concordait. Déjà autrefois, on pouvait dire qu'ils faisaient la paire tous les deux. Non, Natsuki n'est pas oublié dans cette histoire, mais Elle, était différente sur un point : Elle ne s'amusait pas à se moquer des autres, à leur tendre des pièges comme le faisaient les deux chenapans, Elle était déjà mature et tellement petite à la fois, d'ailleurs, Ils ne voulaient pas l'embarquer là dedans, ils savaient très bien que leur petite Natsu-chan ne devait surtout pas se faire gronder à cause de leurs bêtises, Elle, elle devait rester en sécurité, et rire simplement lorsque leurs idioties atteignaient leurs cibles, de toute façon, Elle pouvait rire ouvertement, personne n'irai l'engueuler, parceque Akira & Hiroki la défenderaient...


Le pauvre garçon, pourtant plus âgés qu'eux, venait de se faire prendre au piège, son pantalon était trempé, et les trois amis se mirent à rirent à n'en plus pouvoir respirer

- Tu as vu Hiro-kun, il s'est fait avoir bêtement, quel idiot
- Je vous l'avais dit que ca serai trop facile, j'avais raison

Aucun son ne sortit de la bouche de la jolie Natsuki qui s'était accroupi tant il riait, la victime quand à lui, s'approcha l'air mauvais en direction de la jeune Taïwanaise et la pointa du doigt

- Arrête de rire où je te pousse dans l'eau moi aussi, tu crois que...

Il ne put cependant pas terminer sa phrase, Akira n'avait pas retenu son poing qui avait frappé de plein fouet la joue du garçon, son visage était alors froid, rares étaient les fois où Akira présentait un tel visage, mais que quelqu'un s'en prenne à ses deux trésors, et il ne se retenait en rien. Hiroki lui, s'était placé instinctivement devant Natsuki, derrière eux, elle ne risquait rien, absolument rien, toujours ils seraient là pour Elle, toujours...


    Et ce fut ainsi presque quotidiennement, toujours protecteurs les uns envers les autres, c'est pour ca qu'à trois, ils étaient les plus forts. Et là, Akira & Hiroki dans ce couloir, venaient bel et bien de prouver à quel point ils étaient indissociable, Akira venait de dériver sur un sujet, et Hiroki suivait dans ce sens, faisant ainsi entrer Reika dans l'une de leur blague de gamins, ce genre de blague qu'ils n'avaient alors plus refait depuis tant d'années. Cependant, devant le sérieux déstabilisant d'Hiroki en évoquant l'oublie de sa peluche, Akira dut inspirer afin de ne pas afficher un air affligé, bonjour l'excuse de Son ami, toutefois, il garda son sérieux, se contentant d'hocher la tête de haut en bas comme pour appuyer ses paroles, c'est la réponse de sa petite soeur qui lui fit fronçer les sourcils, mais avant même qu'il n'ai pu reppliquer, elle le questionna, et le visage d'Akira prit un air parfaitement neutre. Continuer cette blague et essayer de voir jusqu'où elle y se laisserai avoir, où dire de but en blanc, la principale partie de la vérité, en abrégant au mieux.


    " Bon, comment dire... Tu ne te souviens vraiment pas de ce lapin ? Il avait une oreille rouge je crois, légèrement machouillée par Hiroki durant ses périodes boudeuses, tu ne vois toujours pas ? "


    Jouant sur le 'éclairer ma lanterne' que lui avait dit Reika, il avait trouver plus judicieux de lui faire une description de cette peluche... Bon, il savait très bien que Reika perdrai patience, et c'était très compréhensible, mais en même temps, c'était tellement tentant de faire durer cette atmosphère dans cette pièce, qu'il en devenait difficile d'être sérieux. Après tout, combien de fois Hiroki & Akira s'étaient-ils montré sérieux dans cette chambre ? Peut-être une, celle du jour où ils s'étaient expliqué entre 'hommes', l'explication s'étant terminer par un affront d'une violence peu commune.


- Oni-chan... Qu'est ce qui t'es arrivé, ton visage... Oni-chan ?!

Akira ne répondit rien, ne prenant même pas la peine de lever la tête, il avançait, le visage meurtri par des coups reçus, mais la douleur, il ne la sentait pas à cet endroit, non, celle qui faisait le plus mal, le frappait en plein coeur. Ses mains aussi, étaient rouge, et il espérait très sincèrement, souffrir beaucoup, afin de se rendre compte que ce qu'il venait de faire, était réel, il s'était fait trahir, et il avait trahi, pourtant, en venir aux mains, étaient probablement la plus stupide des choses à faire et ca faisait tellement mal.


    Elle avait toujours été là pour son grand frère, et jamais Akira ne la remercierai suffisemment, elle était devenu son soutien, sachant très bien la raison de l'état de son frère, son renfermement et son air plus glacial que d'ordinaire, elle avait apprit à vivre avec et ne lui en voulait pas, probablement qu'elle avait souffert, mais tout ceci avait prit fin.

    " Hiroki est venu ici parceque la maison lui manquait, je pense que nous allons avoir des tas de choses à rattraper, si tu vois où je veux en venir "

    Souriant tendrement à sa petite soeur, il lui passa negligemment une main dans les cheveux, cheuveux qu'il ébourriffa de bon coeur, avant de se tourner vers Hiroki et de lui adresser ce même sourire, il avait bien été tenté de repartir sur une autre blague, mais il préférait en garder en réserve pour plus tard, puisque là, Reika ne tomberai pas si vite dans le panneau. C'est donc l'air totalement détaché que l'Oyabun s'avanca vers son lit et s'y laissa tomber de bon coeur, laissant Reika et Hiroki s'échanger quelques mots, s'ils le souhaitaient, Akira lui, serai là à les observer, à revoir le passé ressurgir, alors que le présent était bel et bien là. Cette fois ci, tout était rentrer dans l'ordre, et ce sourire sur le visage de l'Oyabun, ne pouvait dissuader personne du contraire.

_________________
You Know ? I Need You...
Stay With Me, I Say That I Need You...
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tokyo-high-school.forumsactifs.com/index.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: C'était comme ca, avant ? [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 
C'était comme ca, avant ? [PV]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» rendre son pc comme neuf avant éventuelle vente (RéSOLU)
» Récupérer un forum tel qu'il était plusieurs jours avant
» comme si vous y étiez ..!
» Procédure à suivre avant de poster
» Y a comme qui dirait un probleme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tokyo High School :: ~> Les Habitations :: Résidences :: Résidence de la famille Yusuke-
Sauter vers: